Référencement naturel : ces 3 erreurs que font souvent les marketeurs

Le webmarketing moderne donne de plus en plus d’importance au référencement naturel Google, ou SEO (Search Engine Optimization). Les efforts de Google pour développer leur moteur de recherche et Google Maps (My Business) sont considérables, et surtout rentables pour les spécialistes qui arrivent en pôle position dans les SERPs. Cependant, les mises à jour des algorithmes de Google sont si fréquentes que les pages web d’un site internet peuvent perdre ou gagner en trafic organique d’une semaine à l’autre, sans raison apparente.

Parfois, malgré des efforts de référencement faits, un site peut ne pas attirer pas le moindre trafic. Les 3 raisons principales que nous identifions généralement sont :

  1. 1
    Un manque de backlinks, ou des backlinks de mauvaise qualité ;
  2. 2
    Le contenu ne répond pas à l’intention de recherche de l’internaute ;
  3. 3
    L’optimisation On-Page est négligée.

Découvrons comment créer du contenu optimisé pour les internautes comme pour Google en quelques étapes.

1) Les backlinks sont comme vos meilleurs amis, il est important d’en avoir, mais ils doivent être de qualité !

Aujourd’hui la force des backlinks est évidente. Avoir des liens qui pointent d’un site extérieur vers le vôtre est un signal positif très important pour Google. Comment le savons-nous ? Il suffit de mettre en lumière les conclusions des études réalisées par Ahrefs, un outil spécialisé dans le suivi du référencement naturel et l’optimisation de sites web :

Télécharger notre livre blanc sur le Lead Generation B2B
  • Une page web avec moins de 10 backlinks attire 3 fois moins de visiteurs qu’une page qui en possède 20 ;
  • Il est presque impossible d’arriver en première page sans backlink. Plus de 90 % des pages web ne reçoivent aucun trafic de Google, et 66,31 % d’entre elles n’ont aucun lien retour ;
  • Il existe une forte corrélation entre le nombre de liens retour d’une page et le nombre de mots-clés sur lesquels elle peut apparaître.

Source : Ahrefs

66% des pages sur Internet, ne disposent d’aucun backlink (RD - referring domains)

backling etude ahrefs

Obtenir des “bons” backlinks

Ce n’est pas une science exacte, et les spécialistes SEO seront d’accord pour vous le dire : Les liens retours de qualité viennent avec un contenu au top ! La meilleure façon d’en obtenir est tout bonnement de les laisser venir à vous. Comment ? Avec un contenu de qualité, utile, et surtout unique !

Exemple : Une belle infographie bien réalisée, insérée dans un article partagé efficacement sur les réseaux sociaux a des chances d’obtenir des liens retour, car elle apporte de la valeur avec une information présentée efficacement. Les guides sont également très souvent cités par d’autres sites ou blogs, comme par exemple “Tout ce que vous devez savoir sur les agences Inbound Marketing”.

Qu’est-ce qu’un backlink de qualité ?

C’est un lien provenant d’un site autoritaire avec un bon référencement. L’article ou la page qui contient le lien traite si possible d’une thématique proche ou similaire à votre site. La cerise sur le gâteau : les mots qui contiennent le lien (appelés “ancres”) sont des mots-clés que vous visez.

4 idées reçues sur les backlinks à se sortir immédiatement de la tête

  1. 1
    Plus vous avez de backlinks, plus vous allez ranker” : Ce constat peut se vérifier, mais le lien entre nombre de backlinks et ranking n’est pas toujours valable. 2 backlinks venant du site web d’un grand média seront potentiellement plus efficaces que 10 backlinks venant d’un réseau de blog douteux ;
  2. 2
    Les liens obtenus doivent absolument être en dofollow” : Pour rappel, “dofollow” est un morceau de code informatique qui indique à un moteur de recherche qu’il peut suivre un lien (“do” + “follow”). À l’inverse, “nofollow” indique qu’il ne doit pas le faire. Jusqu’en 2019, nous pensions que les nofollow n’avaient pas d’impact sur le SEO. Sauf que Google a remis les choses au clair, en rappelant que ces liens peuvent être un signal positif. Quoi qu’il arrive : ces liens, même s’ils ne vous envoient pas ou très peu d’autorité aux yeux de Google, peuvent vous envoyer du trafic pertinent. Si le trafic vient d’un site sérieux, Google le remarquera.
  3. 3
    Acheter des liens est la solution la plus rapide” : Peut être à court terme. Mais rappelez-vous, le SEO est un projet à long terme, et le fait d’acheter plusieurs liens, souvent de qualité douteuse, peut avoir un effet inverse. Si un jour Google décide que votre pratique est trompeuse, car c’est interdit dans ses règles de bonne conduite, le moteur de recherche pourrait vous sanctionner. Si jamais vous le faites (avec précaution bien sûr), demandez à ce que le site source ajoute rel=”sponsored” dans le lien HTML ;
  4. 4
    Si je reçois trop de liens d’un coup, je vais être pénalisé” : Tout dépend de leur nature ! Si ces liens viennent de sites authentiques, ce peut simplement être dû à la viralité et les partages massifs de vos pages web. C’est exactement ce que l’on cherche ! On ne reçoit jamais “trop” de bons liens. du moment qu’ils soient “naturels”.

En plus du contenu censé générer des bons backlinks à produire, pensez à vous appuyer sur vos relations avec les médias, les blogueurs, voire les influenceurs. Si votre page web arrive sous les yeux des bonnes personnes, les opportunités de backlinks puissants se présenteront à vous !

2) Comment savoir si vous répondez à l’intention de recherche ?

Pour maximiser vos chances de faire monter les pages de votre site web dans le classement de Google, pensez avant tout à vos visiteurs, et pas au moteur de recherche.

Le domaine de l’optimisation évolue vite, tout comme Google et ses équipes d’ingénieurs. La firme américaine met aujourd’hui un point d’honneur à filtrer considérablement les articles mal écrits, qui ne donnent pas de solutions ou pire, sont juste sur-optimisés et pleins de mots-clés insérés au hasard entre quelques phrases. L’erreur la plus courante est donc de voir des webmasters développer une quantité astronomique de contenu en mode “pilote automatique” pour essayer de toucher le plus de mots-clés possibles une fois mis en place dans le site. Sauf qu’aujourd’hui, cette technique est dépassée.

L'algorithme “RankBrain” de Google utilise le machine learning pour déterminer les résultats les plus pertinents aux requêtes de recherche. La machine est capable “d’apprendre” du comportement des utilisateurs, et de dépasser la simple utilisations de mots clés et du classement des contenus. Ainsi Google est, de plus en plus, capable de cibler la réelle intention de recherche des internautes, même quand celle-ci n’est pas clairement exprimée.

Une page pertinente pour vos lecteurs intéressera aussi Google

L’essentiel à comprendre est donc :

  • Le taux de rebond est un signal important pour les moteurs de recherche. Plus il est bas, et plus Google considérera que votre contenu est pertinent. C’est un indicateur positif pour votre référencement ;
  • Donner une réponse, une aide, ou encore mieux une solution (votre produit ou service par exemple ?) est primordial. Si votre visiteur effectue une action une fois arrivé sur votre page, vous montrez aux robots algorithmes que votre contenu est adapté ;

Matcher avec l’intention de recherche (Search Intent) de vos visiteurs

Pour schématiser, Google est capable de savoir si un internaute est à la recherche d’informations ou de solution immédiate. Prenons l’exemple des chaussures Nike. Lorsqu’il est en “mode achat”, notre internaute tapera dans la barre de recherche quelque chose comme “acheter Nike Vapor X873”, soit le nom direct du modèle. Il sait ce qu’il veut, le moteur proposera très souvent des produits, par exemple des fiches Google Shopping.

Si ce même internaute tape “Les plus belles Nike de 2020”, Google ne va pas nécessairement l’envoyer sur une fiche produit, mais plutôt sur un article comparatif ou un blog de mode. Ceci est rendu possible par l’usage de l'algorithme Rankbrain et Hummingbird comme évoqué précédemment.

Pour savoir quel type de contenu plaira à Google pour tel ou tel mot-clé, il vous suffit de saisir vous-même ce mot-clé ! Regardez les 5 premiers sites classés. Théoriquement, ils auront beaucoup de points communs, à commencer par le nombre de mots. Vous devez maintenant faire encore mieux pour captiver votre audience et espérer monter en première page des résultats de recherche.

Les intentions de recherche à identifier pour vos personas

Trois catégories de requêtes existent sur Google :

  1. 1
    Informationnelle : Les visiteurs cherchent à apprendre, à s’informer sur un sujet. On y retrouve beaucoup de mots comme “pourquoi” et “comment”. Les mots-clés de longue traîne sont typiquement des requêtes informationnelles ;
  2. 2
    Navigationnelle : Ici, les visiteurs recherchent un site web spécifique. Par exemple, ils tapent “Facebook”, “Apple”, “FNAC”, ou encore “Amazon” ;
  3. 3
    Les requêtes transactionnelles : Ce sont les plus concurrentielles, car elles sont rentables. L’internaute tape un nom de produit bien spécifique, ou “acheter”, “en ligne” par exemple. L’envie de passer à l’action est présente, on peut qualifier l’internaute à ce moment de prospect chaud.

Lorsque vous créez du nouveau contenu, que ce soit des articles de blog, des fiches produits ou encore un livre blanc, fixez-vous un objectif : Quel internaute je souhaite attirer ? vers quelle action je souhaite l’emmener ? Quel contenu Google affiche-t-il dans ses SERPs ?

Cherchez-vous seulement à augmenter votre trafic global, ou voulez-vous que les gens achètent ? Dans les deux cas, déterminez ce que les gens recherchent réellement en vous aidant des SERPs, de Google Ads ou même de vos données Analytics si vous avez déjà assez de trafic qualifié. Ensuite, rédigez le contenu qui correspond le mieux à cette intention de recherche, en pensant toujours avant tout à l’expérience utilisateur !

3) Vérifiez ces 6 optimisations basiques avant de publier votre contenu

Rédiger du contenu de grande qualité qui répond à l’intention de recherche des internautes est déjà un grand pas vers l’obtention de trafic organique. Avant de mettre en ligne le contenu, pensez à checker ces 5 points pour optimiser votre article :

  • La Méta-description et le Meta-title contiennent votre mot-clé principal ou un synonyme/une variante.Votre titre h1 contient le mot-clé principal. Il ne doit pas être confondu avec le Meta-title, qui est le “titre Google” affiché dans les résultats de recherche.
  • Votre page contient environ 2 liens internes pour 1 lien externe, toujours vers des sources pertinentes. Si les liens sont sponsorisés, ajoutez l’attribut rel=sponsored dans votre balise <a>. Si vous ne comprenez pas, votre développeur ou intégrateur web s’en chargera.
  • Vérifiez que la vitesse de chargement de la page est assez rapide. 3 secondes semble être le maximum avant de faire fuir un utilisateur.
  • Faites des liens venant d’autres pages de votre site (liens internes) vers ce nouveau contenu. L’indexation “naturelle” par Google sera facilitée.
  • Optimisez absolument votre site pour les smartphones ! En effet ce n’est plus un secret : depuis 2017 l’utilisation du mobile sur le web mondial a dépassé celle de l’ordinateur. Pour répondre à cela le robot Google utilise l’indexation mobile first : il parcourt en priorité la version mobile d’une page.

La petite astuce Mi4 : Dans la Google Search Console, vous trouverez toutes les requêtes sur lesquelles vos pages s’affichent, à quelle position en moyenne et combien de clics elles ont reçu. Par exemple, si vous êtes deuxièmes sur une requête et recevez très peu de clics, pensez à revoir votre Meta-Title ou Meta-description pour favoriser le taux de clic.

Quel est le rôle de l’inbound marketing dans la stratégie SEO ?

L’inbound marketing adapte au mieux le contenu proposé aux différents visiteurs selon la phase prospect dans laquelle ils se trouvent. Il est complémentaire avec le SEO sur le long terme et le référencement payant à court terme.

Une stratégie de référencement permet en effet d’attirer du trafic, mais pas de convertir les visiteurs. C’est pour cela que le rôle de l’inbound marketing est de “séduire” le visiteur en quelques secondes. Car oui, l’internaute est aujourd’hui pressé et volatile. Pas facile de le conserver si vous n’avez pas encore d’image de marque puissante.

Comment cela est-il possible ? Grâce à l’expérience différente, unique, voire personnalisée, que vous serez capable de proposer. En répondant parfaitement à différents besoins des visiteurs, vous augmentez considérablement vos chances de les conserver sur votre site, et les faire naviguer, acheter, prendre un rendez-vous, etc.

Vous lui avez donné une solution, et Google le sait ! En plus d’améliorer potentiellement votre référencement naturel Google, l’inbound marketing est une véritable machine à capter des leads.

Dans la même thématique

Démarrez notre formation 100% gratuite à l’inbound marketing

>